Zighoud Youcef

Zighoud Youcef
 

Zighoud Youcef

Zighoud Youcef (1921- 1956) Martyr.

Né le18 février 1921 dans le village Smendou qui porte aujourd'hui son nom (au nord-est de Constantine), Youcef Zighoud a adhéré dès l'âge de 17 ans au Parti du peuple algérien (PPA) dont il fut, en 1938, le premier responsable à Smendou.

Elu du Mouvement pour le Triomphe des Libertés Démocratiques (MTLD) en 1947, Zighoud avait rejoint la fameuse Organisation spéciale (OS) chargée de préparer les conditions nécessaires à la lutte armée, après que l'échec de la voie pacifique était devenu flagrant.

Son arrestation en 1950 lors de la découverte de l'OS par la police coloniale et son incarcération à la prison d’Annaba, avaient renforcé sa volonté d’aller jusqu’au bout dans sa lutte contre le colonialisme français qui tentait à travers ses médias et sa propagande militaire de réduire l’ALN et le FLN au rang de "groupes terroristes" et de "bandes de voleurs".

  Zighoud avait réussi à s’évader de prison en avril 1954 et entrer dans la clandestinité pour s'engager dans l'action militante du Comité révolutionnaire d'unité et d'action (CRUA) dès sa création.

  Youcef Zighoud, qui en fut l'un des promoteurs, y fut nommé membre du Conseil National de la Révolution Algérienne (CNRA), a été élevé au grade de Colonel de l'ALN et confirmé comme commandant de la wilaya II après la mort de Didouche Mourad au champs d’honneur.

Pionnier de l'action militaire, le martyr Zighoud a été l'un des tout premiers à tirer les cartouches de la libération. C'est lui qui avait mené un attentat contre la caserne de la gendarmerie de Condé Smendou en novembre 1954.

De l'aveu même de chefs de l'armée française, il avait inauguré la guérilla urbaine à Bône (Annaba) et à Philippeville (Skikda).

Feu Mahfoud Bennoune, capitaine de la wilaya II, disait de lui que c'était "un homme réfléchi, intelligent, sérieux, profondément engagé pour la cause nationale, bien organisé et surtout d'une extrême modestie".

  Ce portrait paraît d'autant plus juste que la wilaya II est la seule wilaya qui a échappé aux implacables purges ayant endeuillé les maquis à partir de 1958, suite à la fameuse "bleuïte", l'opération d'intox, à grande échelle, initiée par les services d'action psychologique de l'armée coloniale.

Selon un témoignage du défunt Salah Boubnider, qui l'avait succédé au poste de commandant de la wilaya II historique, Zighoud avait décidé et conçue une opération militaire dans le village de Sidi Mezghiche (wilaya de Skikda).

Cette opération se voulait une action psychologique destinée à renforcer la confiance des habitants de ce village en la capacité d'action de l’ALN.

Un groupe de 160 hommes, des officiers pour la plupart, a été mobilisé pour accrocher avec un total succès des unités de l'armée françaises dans les alentours de Sidi Mezghiche.

Au terme de cette opération, le colonel Zighoud Youcef avait confié à ses collaborateurs que le peuple algérien "est un grand peuple, sa volonté est immense, sa disponibilité est permanente. Il lui faut une direction à sa

dimension, qui le convainc, nous ne devons pas le décevoir, sinon il risque de commettre de graves dégâts. Si la direction n'est pas à la hauteur du peuple qu'elle mène, alors ce dernier peut faire des choses incontrôlables".

L’attaque du Nord constantinois du 20 août 1955

Le martyr Youcef Zighoud, un redoutable stratège militaire

qui excellait dans l’art de la guérilla urbaine et des embuscades, avait réussi

à lancer, le 20 août 1955, avec une poignée de moudjahidine, une offensive historique combinant actions militaires et soulèvement populaire dans le nord constantinois, pour prouver au monde entier la détermination du peuple algérien à recouvrir son indépendance.

Le colonel Zighoud, chef de la wilaya II historique et un des principaux dirigeants de la guerre de libération nationale, avait planifié et lancé l’offensive du Nord constantinois pour des visées militaires, politiques et diplomatiques.

L'offensive ambitionnait notamment de redynamiser la lutte armée en fragilisant le siège imposé aux Aurès et à la Kabylie et en menant des opérations militaires simultanément dans plusieurs régions pour disperser les troupes de l’armée coloniale. 

Mobiliser le peuple autour de son Armée de libération nationale (ALN) et démontrer sa ferme volonté d'obtenir son indépendance aux opinions publiques française et internationale, était l’autre objectif que ce jeune colonel, décrit comme un "loup maigre et sec", par Jacques Duchemin, auteur d'une partiale et partielle Histoire du FLN (Table Ronde, Paris 1962), voulait atteindre.

Il était également question d’internationaliser la question algérienne en l'inscrivant comme une question de décolonisation à l’ordre du jour des Nations Unies dans une époque marquée par un large mouvement de libération.  

Sa capacité d’imaginer et de concrétiser une opération d’une telle envergure prouve que le martyr Zighoud était un homme et un militaire exceptionnel.

C'est au cours d'une tournée d'explication et d'organisation dans les unités de ALN placées sous son autorité que Zighoud tomba au champ d'honneur dans une embuscade tendue par l'ennemi à Sidi Mezghiche le 25 septembre 1956,

à l'âge de 35 ans.

Wilaya: 

Ajouter un commentaire

Top