Aller au contenu principal

Zid Ya Bouzid

Image
Zid Ya Bouzid

Zid Ya Bouzid, une bande dessinée du Bédéiste algérien Slim, écrite la première fois en 1969.

...C'est vrai, il parle peu, mais ses dessins s'expriment plus que lui. Sa myopie l'oriente plus à l'écoute de la rue. qu'à la lecture. Slim, n'est-il donc pas l'historien du présent. Quelqu'un qui nous fournit notre vie quotidienne avec ses petites misères, et ses espoirs bercés par l'attente des lendemains toujours meilleurs, en tranches salées. A chaque arête avalée, c'est le déclic de la réflexion. Et mouche à tous les coups. Mieux vaut en rire. c'est gratuit. La bande dessinée ? C'est un peu de sagesse recons-tituée avec tin soupçon de folie. Bien sùr, pas n'importe quel message matraqueur. reprenant à bon marché les illusions d'une idéologie aliénante réactionnaire. Pas de débilité dans un langage de faux alibis. La pureté du trait, et la puissance de l'idée émancipatrice de l'homme donné à sa juste valeur, voilà le sens de la véritable bande dessinée. L'itinéraire de Slim ? Un début avec «Moustache et les frères Belkacem» en 1966 dans le parfait style grinçant des «Dalton», «Zid ya Bouzid» entamé en juin 1969. lequel a obtenu un très grand succès. suivi de «OUED SIDE STORY » relatant l'histoire d'un bourgeois qui voulait prendre Zina à Bouzid, lui, le paysan, au franc-parler. Ensuite, une par-ticipation assez courte dans un journal étranger en 1977. mais cette fois-ci avec un «BOUZID» perdu dans le métro en France, pour relater les cauchemars de l'émigration. Rappelons que SLIM a réalisé deux films d'animation à la RTA:« Un drôle de magicien» et «Galle Gasba et Dinars», ainsi qu'une pièce théâtrale à Paris en 1972 avec MERZAK ALLOUACHE sur la Révolution agraire... SLIM à trente cinq ans, en dépit de son trait mordant, est un morceau de chlorophyle où l'imagina-tion ne dégénère pas si vite. Si le peuple est seul génie. SLIM n'en est que l'interprète.

Extrait de l'e,tretie, réalisé par Balhi Mohamed ( Algérie Actualité n 749 Févirer 1980)