Aller au contenu principal

Maoussem El-Ghadba à Adrar

Image
Maoussem El-Ghadba à Adrar

"Maoussem El-Ghadba" (saison d'exil), une manifestation solennisée annuellement dans la région de Tidikelt située à l'est de la wilaya d'Adrar pour exalter les traditions locales fidèlement observées par la population.

La manifestation "Maoussem El-Ghadba" œuvre pour renouer avec les us et coutumes de cette région du grand sud du pays en raffermissant les liens familiaux et sociaux, dénouant les conflits et en consacrant les valeurs de l’entraide, la réconciliation, le dialogue et le pardon.

Les citoyens des régions de Tit et Ksar Mansour échangent des visites et organisent des visites, au mois de septembre, à Ksar Tit, et en juin à Ksar Mansour, pour des périodes de cinq jours chacune.

Selon des sources historiques, "la saison d’exil ou de discorde" qui remonte à plusieurs siècles, tient son qualificatif à une action insurrectionnelle d’ouvriers locaux contre les rudes conditions de travail dans les palmeraies de l’ancienne zone de Tit, dans le Tidikelt, imposées alors par les riches propriétaires de la région.

Ces ouvriers ont, après de vaines doléances formulées à leurs patrons, décidé d’un exil collectif des palmeraies et jardins de Tit, pour rejoindre, dans une marche âpre et longue en quête d’un saint à qui se vouer, les ksour de la région voisine d’Akebli et soulever leurs soucis aux notables et chef de tribus de Ksar Mansour, qui leur ont réservé un accueil chaleureux, cinq jours durant.

Les notables de Ksar Mansour, prêts à prendre en charge les complaintes de leurs protégés, ont pris les dispositions et moyens nécessaires pour trouver un compromis à cette situation, en se déplaçant, en compagnie des "insurgés" vers la région de Tit et y rencontrer ses notables. Ces derniers s'étaient positionnés à l’entrée de la ville pour accueillir leurs visiteurs, et ce en signe d’expression de leurs remords et de leur souhait du retour de leurs ouvriers, mais aussi le retour à la vie normale.

Les négociations ont été entamées et la concertation s’est établie sur une solution qui satisfasse les deux parties.

Cette rencontre historique a amené les deux parties, pour sceller cette réconciliation, à lire la Fatiha du saint Coran et a incité les propriétaires terriens et les ouvriers à donner et à obtenir mutuellement le pardon pour poursuivre leur vie dans la sérénité.

Imbus de hautes valeurs humaines, de reconnaissance et d’hospitalité, les notables de Tit ont décidé, pour cette circonstance de fraternité et de solidarité, d’échanger les visites et d’accueillir, à leur tour, et pour une période similaire de cinq jours, leurs voisins du ksar Mansour, dans la perspective, par ce geste, de faire prévaloir la dimension humaine et les valeurs de sagesse, d’entraide et de fraternité à répandre et à ériger en repères à même de guider les générations.

Les citoyens des régions de Tit et Ksar Mansour ont, depuis, œuvré à

la célébration de "Maoussem El-Ghadba", par l’organisation, durant le mois de septembre, d’une visite au Ksar de Tit, et une autre en juin à Ksar Mansour, pour des périodes de cinq jours chacune.

Ces traditions, encore préservées dans le Tidikelt, contribuent largement à imprégner les valeurs de l’amour, la paix, la réconciliation et l’entraide et traduisent l’attachement de l’homme à la liberté, à la vie décente et à la consécration de la voie du dialogue dans le dénouement des conflits sociaux. 

Wilaya