Aller au contenu principal

Le festival international d’Oran du film arabe

Image
Le festival international d’Oran du film arabe

Le festival international d’Oran du film arabe (FIOFA) constitue, depuis sa création en 2007, un rendez-vous incontournable pour le 7ème art et les cinéastes nationaux et arabes.  

En dépit du changement de la période de son déroulement et de la dénomination du festival, le FIOFA est resté fidèle à son objectif initial, celui d’être un espace pour la promotion de la production cinématographique arabe et un cadre de rencontre des cinéastes et une opportunité pour découvrir les œuvres récentes produites dans cette région du monde. 

Les trois sections - celles du long métrage, du court métrage et du documentaire - permettent aux réalisateurs de concourir chacun dans sa spécialité pour briguer l’un des prix qu’attribue un jury de spécialistes. Décrocher une distinction du FIOFA est, pour chaque cinéaste arabe, non seulement une reconnaissance mais également une caution ouvrant à l’œuvre primée les portes du marché mondial.

Sous le thème "Un cinéma arabe plus ouvert et mature", la première édition du festival, en 2007, a réussi à projeter Oran dans la cour des grands rendez-vous du 7ème art pour avoir programmé plus de 20 films récents arabes et accueilli une pléiade de stars arabes comme l’égyptien Hocine Fehmi qui a présidé le jury de longs métrages. L’Espagne a été l’invitée de cette édition.

Dans sa deuxième édition, le festival a gagné plus en maturité et notoriété en s’ouvrant notamment au monde avec comme invité le 7ème art français, dans la diversité de ses thématiques. Des vedettes arabes comme la syrienne Mouna Wassaf, l’égyptien Mahmoud  Abdel Aziz ou encore le cinéaste algérien Ahmed Rachedi ont été honorés. 

Un hommage posthume a été rendu au célèbre réalisateur Mustapha El Akkad, réalisateur du célèbre film "Errisala", consacré aux premières années de l’avènement de l’Islam. 

Lors de la 3ème édition, le cinéma palestinien a été à l’honneur. Ce

rendez-vous a été placé sous le thème "El Qods, capitale éternelle de la culture arabe". Les cinéphiles ont pu découvrir des œuvres traitant de la résistance palestinienne sous toutes ses formes. Le film intitulé "Anniversaire de Leila", du réalisateur Rachid Mechahraoui a reflété toute cette dimension de résistance d’un peuple spolié de sa terre et privé de ses droits nationaux.

En 2010, la 4ème édition a été marquée par le changement de la date du déroulement de ce rendez-vous pour cause du retard enregistré dans les préparatifs, l’arrivée d’un nouveau commissaire du festival et enfin une nouvelle dénomination de l’intitulé des prix à décerner. 

Les cinéastes briguent désormais le "Wihr d’or " (lion d’or), par référence au lion, le symbole de la ville organisatrice du festival.

Cette édition a été marquée par l’émergence de jeunes créateurs aux ambitions très prometteuses. Le grand prix a été attribué à une production algéro-tunisienne "Nakhil El Djarih" de Benamar Abdellatif, fruit d’une rencontre et d’un accord survenus à Oran, l’année d’avant.

La 5ème édition, dont la tenue a coïncidé avec la manifestation "Tlemcen 2001, capitale de la culture islamique 2011", une section documentaire a été créée, permettant ainsi de projeter de nombreuses œuvres produites dans le cadre de la manifestation de Tlemcen. 

Des ateliers sur les thèmes "jeunesse arabe et ciné-clubs " et "enfants et BD" ont été organisés et deux conférences données sur "la formation dans le 7ème art" et "le forum arabe du cinéma".

Coïncidant avec la célébration du cinquantenaire du recouvrement de la souveraineté nationale, la 6ème édition du festival a permis de proposer au public cinéphile un large panorama du film révolutionnaire algérien comme "Benboulaid" d’Ahmed Rachedi, "Chronique des années de braises" de Mohammed Lakhdar Hamina, "la bataille d’Alger", entre autres.

Parallèlement, une journée d’étude sur "l’histoire et la glorieuse guerre de libération" a été programmée, en collaboration avec le centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle CRAASC d’Oran.

La dernière édition de ce festival a été organisée, à la fin du mois de septembre 2013. Elle a permis de mettre l’accent sur la coopération, les échanges dans le domaine du cinéma et le renforcement des coproductions.

La 8ème édition, prévue en 2014, a été reportée pour 2015

Historique des palmarès du Festival international d'Oran du film arabe

Voici la liste des grands lauréats des sept premières éditions du

FIOFA, à commencer par ceux ayant gagné les prestigieux "Ahaggar d'Or" et "Wihr d'Or", appellations successives du Grand Prix du Festival.

 

2007 

-- Meilleur long-métrage : Nouri Bouzid pour "Making off" (Tunisie)

-- Meilleur court-métrage : Yergui Mohamed pour "Houria" (Algérie)

2008 

-- Meilleur long-métrage : Abdellatif Abdelhamid (Syrie) pour "Kharej Ettaghtia" (hors champ)

-- Meilleur court-métrage : "Clean hands, dirty soap" (mains propres, savon sale) du réalisateur égyptien Karim Fanous 

2009

-- Meilleur long-métrage : "Khaltat Fawzia" de Majdi Ahmed (Egypte)

-- Meilleur court-métrage : "Goulili" (dis-moi) de Sabrina Draoui (Algérie)

2010

-- Meilleur long-métrage : "En-nakhil el jarih" (Les Palmiers blessés), coproduction

algéro-tunisienne d'Abdellatif Ben Ammar (Tunisie)

-- Meilleur court-métrage : ex-aequo : Abdennour Zahzah (Algérie) pour "Garagouz"

et Malik Amara (Tunisie) pour "Linge sale"

2011

-- Meilleur long-métrage : "Hala Lawain" de Nadine Labaki (Liban)

-- Meilleur court-métrage : "Une vie courte" d'Adil El-Fadili (Maroc)

-- Meilleur film documentaire : "Dar El-Hadith, histoire d'un lieu culte et  de savoir" de Saïd Oulmi (Algérie)

2012 

-- Meilleur long-métrage : "Khourouj ila nahar" (sortir au jour) de Hala Lotfi  (Egypte)

-- Meilleur court-métrage : "Al Jazira", d'Amine Sidi Boumediene (Algérie)

-- Meilleur film documentaire : "Préhistoire de la Tunisie", de Hamdi Ben Ahmed

(Tunisie)

2013

-- Meilleur long-métrage : ex-aequo : "Haradj wa maradj" de Nadine Khan (Egypte)

et "Mariam" de Bassil Al Khatib (Syrie)

-- Meilleur court-métrage : "Les Jours d’avant" de Karim Moussaoui (Algérie)

-- Meilleur film documentaire : "A world not ours" (un monde qui n'est pas le nôtre) de Mahdi Fleifel (Liban).

2015

- Grand prix "Wihr d'or" des longs métrages: film "l'orchestre des aveugles" du réalisateur marocian Mohamed Mouftakir. 

- Prix du meilleur scénario à Amine Ramses (Egypte) dans le long métrage "A l'heure du Caire".

- Prix du meilleur rôle féminin à l'actrie syrienne Sabah El Djazairi" dans le long métrage "La mère3. 

- Prix du meilleur rôle masculin à l'égyptien Nour cherif dans "A l'heure du  Caire".

- Prix spécial du jury au long métrage algérien "Je suis mort" de Nassim 

- Prix "Wihr d'or" des courts métrages: film tunisien "Et Roméo épousa Juliette" de la réalisatrice tunisienne Hind Boudjemaa.

- Prix spécial du jury algérien: court métrage "Passage à niveau" du réalisateur algérien Anis Djaad.

- Mention spéciale au court métrages "Dem wa ma" (Eau et sang) du réalisateur Abdallah Djaouhari

- Prix "Wihr d'or" des documentaires: "Je suis avec la mariée"  co-réalise par le palestinien Khaled Souleimane Ennaciri et les italiens Gabriel Del Grande et Antonio Oujoujliar.

Wilaya