Aller au contenu principal

La guerre algéro-américaine

Image
الحرب الجزائرية الأمريكية

Le 17 juin 1815, une imposante armada navale américaine détruisait le vaisseau du plus célèbre corsaire de l'époque Raïs Hamidou, et sonna le glas de la légendaire invincibilité de la ville d'El Djazaïr et de toute la Régence d'Alger, qui ne tardera pas ensuite à tomber sous le joug colonial français.

L'amiral (Raïs) Hamidou lui-même trouvera la mort au cours de cette bataille, lui qui avait pris part pendant sept ans (1808-1815) aux expéditions de la Régence d'Alger contre les navires de commerce croisant en Méditerranée et dans l'Atlantique. 

Les bateaux américains étaient particulièrement visés car privés, depuis la proclamation de l'indépendance des Etats-Unis en 1783, de la protection de la Royal Navy, le pavillon britannique.

Les tensions nées des actions des corsaires algériens contre les navires marchands américains conduisirent le parlement des Etats-unis à demander - et à obtenir - la constitution d'une force navale suffisamment puissante pour assurer la sécurité du commerce américain dans la région. 

Cette force n'a pu été utilisée, dans un premier temps, contre la Régence d'Alger en raison d'un accord de paix, signé entre les deux parties en1795, mais qui ne tiendra que quelques années, avant qu'une multiplication des affrontements entre les deux flottes n'engendre des pertes humaines, la détention de nombreux captifs et des incidents diplomatiques incessants.

Il a fallu attendre la fin de la guerre anglo-américaine, en 1814, pour voir les Américains s'octroyer les moyens de se recentrer sur la "lutte contre la piraterie" et de lever une flotte destinée, en priorité, à faire la chasse aux croiseurs algériens. 

L'évènement marquait un retour retentissant à la guerre aux Etats "barbaresques", en référence à la Barbarie (c'est ainsi que les Européens appelaient le Maghreb central actuel) pour stopper, disait-on, la piraterie (course) en Méditerranée. 

Le 17 juin 1815, l'escadre américaine repéra non loin de Gibraltar le vaisseau de Raïs Hamidou, le Meshouda, équipé de 44 canons mais qui finira, malgré une farouche résistance, par céder face aux attaques foudroyantes de trois navires américains suréquipés et bien conduits par le très célèbre commodore Stephen Decatur.

Le reste de la flotte algérienne est rapidement dispersé et un bilan américain fait état de 4 morts et des blessés, côté américain, contre 50 morts, deux navires capturés et 400 prisonniers, côté algérien. Le Raïs Hamidou sera, à sa demande, enseveli dans les eaux de Gibraltar.

Cette défaite ouvrit la voie, l'année suivante (en 1816), au bombardement d'Alger par une flotte anglo-hollandaise qui "acheva le mythe d'El Djazair El

Mahroussa", pendant que des malheurs de toutes sortes s'abattaient sur la Régence (peste, famine, sauterelles, révoltes paysannes, forte dépréciation de la monnaie...).

La Régence, ainsi affaiblie et minée de l'intérieur constitua une proie idéale pour les milieux d'affaires et autres ultra français qui procédèrent au blocus d'Alger en 1827 pour aboutir à la chute de la Régence en 1830 et l'avènement violent de la colonisation de peuplement française.