Aller au contenu principal

Petra

Image
Petra

Petra, Ruines Romaines à Béjaia.

Détruite au 4e siècle par le général romain Théodose, dit l'Ancien, lors de son expédition contre Firmus, Pétra (Béjaia) était la résidence de Sammac, autre fils de Nubel, et avait "la taille d'une ville", selon l'historien romain Ammien Marcellin.

L'existence du site avait été signalée en 1901 par l'historien et archéologue français Stéphane Gsell après la découverte à Ighzer Amokrane (près de Pétra) d'une inscription gravée sur une pierre, mentionnant la construction, par Sammac, d'un "château fort qui s'élevait sur une montagne dominant la Soummam", en témoignage de sa loyauté à l'égard de Rome.

Cette inscription est aujourd'hui exposée au musée national des antiquités à Alger.

Présenté par les archéologues comme "le siège de résidence et de gouvernance de la région", Pétra fut rasée par Théodose après que Firmus eut assassiné son frère Sammac et se soit révolté contre l'autorité de l'empereur Valentinien II .

Dans sa "Note sur une inscription d'Ighzer Amokrane", S.Gsell décrit un "éperon qui commande au nord le confluent de l'Oued-Seddouk avec l'Oued-Sahel (la Soummam), des "traces de murs, des chapiteaux, des colonnes biens conservées" et des "pierres portant des caractères et des dessins employés à des constructions voisines".

De cette résidence, défendue par deux autres frères de Firmus, n'apparaissent aujourd'hui que quelques pans de muraille parmi la végétation, traces probables d'un mur d'enceinte ou murs de bâtisse, dans un espace estimé par les chercheurs à plus de 2 ha.

Pour les archéologues de l'université d'Alger, la description du site telle qu'établie par Gsell est très "différente" de son état lors des premières fouilles en 2014 et renseigne sur les dégâts subis en un siècle seulement.

Wilaya