Aller au contenu principal

Djillali Bounaâma

Image
Djillali Bounaâma

chahid Djillali Bounaâma ( 1926 – 1961), Chahid.

Djilali Bounaama, dit si M’Hamed, est né en avril 1926 dans le douar Béni Handel au cœur de l’Ouarsenis, où il suivit des études scolaires avant de s’orienter très jeune à la vie active, en travaillant dans une mine pour aider sa famille pauvre.

Il rejoignit les maquis de l’Armée de libération nationale et participa au déclenchement de la guerre de libération, faisant de l’Ouarsenis, grâce à son dynamisme et sa force de résistance, une citadelle imprenable pour le Front et l’Armée de libération nationale de 1955 à 1956.

Après le Congrès de la Soummam il commença à constituer des unités de frappe contre l’ennemi sur toutes les limites de la Wilaya IV historique.

En 1957, fût promu commandant de la zone III, qu’il rendit inaccessible et interdite à l’armé coloniale grâce à l’organisation politique, administrative et sociale qu’il mena. Il entra au Conseil de la Wilaya IV en 1958 comme chef militaire aux côtés de Si Mhamed Bouguerra qu’il remplaça en qualité de commandant de cette même wilaya à la mort de ce dernier tombé au champ d’honneur.

Il choisit la ville de Blida, le cœur de la Mitidja, pour y installer son Poste de commandement (PC) et à partir duquel il organisa de nombreuses opérations militaires. Il participa activement à l’organisation des manifestations du 11 décembre 1960. 

Dans la nuit du 8 août 1961, il fût surpris avec ses camarades par une attaque de l’armée coloniale contre son PC à Baba Khoukha au cœur de la ville de Blida. Il tomba au champs d’honneur en compagnie de quatre de ses camarades à l’issue d’une bataille, où les soldats français les dépassaient en nombre et en armes, et qui avait duré trois heures.